Un formidable conteur

Ecoutez des petites histoires passionnantes pour améliorer votre espagnol

Hernán Casciari est un excellent conteur, écrivain et journaliste argentin. Depuis janvier 2019, il a une section qui se nomme « Cuentos para soñar » dans l’émission de minuit de la chaîne argentine Telefé. Il y conte des récits qu’il reprend de ses divers contes ou il en écrit de nouveaux.

Exercice délicat : il a entre 3 et 6 minutes pour raconter une histoire, un univers et surprendre le téléspectateur. Je pense qu’il y arrive à merveille et (quasiment) à chacune de ses interventions (déjà 60 contes disponibles sur la chaîne Youtube d’Hernán Casciari) ! La seule difficulté pour ceux qui sont en phase d’apprentissage de l’espagnol est les allusions culturelles ou politiques à l’Argentine (ça fait découvrir du pays !).

Laissez-vous bercer par son élocution, ses intonations et son imagination :

Vocabulaire du conte :

Cumplir : fêter (anniversaire)

Curso : cours

Cariño : tendresse

Tobillos : chevilles

Parpadear : battre des paupières

Pivote : pivot (sport)

Botín : butin, pactole

Enojado : énervé, en colère

Perseguir : poursuivre

Susto : peur, effroi

Disfrutar : aimer, profiter de

Partir : casser, briser

Cuento : conte, histoire

Mandar : ordonner, envoyer

Le livre qui a fait connaître Hernán Casciari est « Más respeto, que soy tu madre » (2005), édité par Plaza & Janés :

Une partie d’un des récits de ce livre a été conté par Hernán :

Publicités

Álvaro Soler – Puebla

Sortie le 31 août 2018 sur Youtube, puis le 14 septembre 2018 sur le deuxième album d’Álvaro Soler, « Puebla » est une chanson qui fait pétiller les oreilles, comme j’ai coutume de dire. Elle fait partie du répertoire un peu moins connu de ce chanteur exceptionnel qui n’a cessé d’enchaîner les succès depuis « El mismo sol » en 2015.

Cette chanson « boudée » par le grand public est pourtant une (petite) merveille. Précaution d’usage : comme souvent, écouter du Álvaro Soler, c’est addictif et ce titre ne déroge pas à la règle ! On retrouve là beaucoup de positivisme, de couleur et on se met soudainement à chercher des billets aller (en laissant pour plus tard le retour) pour aller à Puebla (de Sanabria, en Espagne)… qu’on sache danser ou non.

« Puebla » fait partie de son album Mar de Colores (2018). « Con un mar de colores, yo te quiero pintar »

Les paroles de la chanson : https://www.letras.com/alvaro-soler/puebla/

Vocabulaire de la chanson :

Bailar : danser

Mirar : regarder

Pasear : se promener

Enseñar : enseigner, apprendre

Cazar : chasser

Mariposas : papillons

Pintar : peindre

Palmas : paumes, applaudissements

Pour télécharger le titre « Puebla » d’Álvaro Soler sur Amazon, voici le chemin le plus court (lien d’affiliation) :

Et parce qu’on ne se lasse pas de l’écouter, avant de partir, filez écouter son tout dernier single (publié le 10 mai 2019), « La libertad » :

Poesía sin fin – Alejandro Jodorowsky

C’est certainement l’un des films les plus curieux que j’ai eu à présenter ici jusque maintenant. Je souhaite vous le présenter car je trouve qu’il se dégage du film une énergie folle et une très grande créativité qui sont plaisantes à voir. La bande-annonce et l’extrait qui suit donnent très envie de voir l’oeuvre d’Alejandro Jodorowsky :

Vocabulaire de la vidéo :

Sentido : sens

Cerebro : cerveau

Alumbrar : éclairer, allumer, illuminer

Hambre : faim

Estudiar : étudier

Bromear : plaisanter

Aburrirse : s’ennuyer

Palomas : pigeons

Gritos : cris

« Poesia sin fin » (2016) est le récit de la vie d’Alejandro lui-même qu’il met en scène et qui fait suite à « La danza de la realidad » sorti en 2013. Alejandro annonce à sa famille qu’il veut devenir poète, ce qui est très mal vu par son papa qui souhaite qu’il fasse des études de médecine.

Sa prochaine production « Psicomagia , un arte que sana. » sera lancée dans les salles de cinéma françaises en octobre 2019. Le film a nécessité un crowdfunding pour être produit car les investisseurs ne mettent pas d’argent ou peu dans le cinéma d’auteur.

Alejandro Jodorowsky est un cinéastre franco-chilien qui est également acteur et scénariste de bande-dessinée, entre autres ! Il est né le 17 février 1929 à Tocopilla au Chili et vit actuellement à Paris, où il donne des classes de tarot et des conférences sur ses techniques (la psychomagie et la psychogénéalogie).

Pour profiter du dernier chef d’oeuvre d’Alejandro Jodorwsky, n’hésitez pas à vous procurer le DVD de « Poesía sin fin » (lien d’affiliation Amazon) :

Pour aller plus loin sur le sujet :

Une critique du film : https://www.elespectador.com/entretenimiento/cine/poesia-sin-fin-el-viaje-filmico-hacia-lo-desconocido-de-alejandro-jodorowsky-articulo-817761

Une biographie d’Alejandro Jodorowsky : https://www.escritores.org/biografias/9782-jodorowsky-alejandro

Alejandro Jodorowsky est également un excellent poète que je vous propose de découvrir avec son poème « No sé » : http://nubesdedosisdiarias.blogspot.com/2014/01/no-se-dos-poemas-de-alejandro.html

Les avantages d’être bilingue

Je vous partage aujourd’hui une vidéo sur le bilinguisme provenant de la chaîne Youtube « Haztelalista » (anecdotes, questions de culture générale). Attention, elle est particulièrement intéressante pour les personnes ayant déjà un excellent niveau d’espagnol, car le débit de la locutrice est très élevé et les termes utilisés sont parfois complexes. Dans le cas contraire, il va falloir faire des pauses et mettre les sous-titres !

Vocabulaire de la vidéo :

Dejar en claro : préciser

Atento : attentif

Matiz : nuance

Procesar : transformer, traiter

Primo : cousin

Desarrollar : développer

Listo : intelligent

Dans les commentaires de la vidéo, l’internaute « Krys Rei » dit que le seul désavantage d’être bilingue est de ne pas se souvenir d’un mot et de devoir le dire dans une autre langue.

El momento de La Bala

La Bala (Isabella de la Torre) est une youtubeuse mexicaine de 15 ans qui fait des vidéos d’humour et des vlogs (vidéos qui captent des moments de vie) réguliers. Elle est également chanteuse, et quelle chanteuse ! Si jeune et déjà si talentueuse… et bien entourée (toute la famille est impliquée dans son projet, surtout son papa qui l’aide au tournage).

Elle possède (fin mai 2019) 5,9 millions d’abonnés sur Youtube.

La chanson « Mi momento » de La Bala :

Les paroles de la chanson : https://www.letras.com/la-bala/mi-momento/

Vocabulaire de la chanson :

Brillar : briller

Lugar : lieu, endroit

Retumbar : retentir

Corazón : coeur

Apoderarse de : s’emparer de, envahir

Envolver : envelopper

Disparar : tirer, frapper

Pecho : poitrine

Mover : déplacer, bouger

Cruzar : traverser

Estrellas : étoiles

Compás : rythme, mesure (musique)

Descalzo : pieds nus

Caminar : marcher

A todo pulmón : s’époumoner, à pleins poumons, à tue-tête

Cantar : chanter

Parar : arrêter, stopper

Seguir : continuer

Necesitar : avoir besoin

Le « making of » (el detrás de cámaras) de la chanson :

Pour en savoir plus sur La Bala, voici son wiki sur YouTubePedia

Le Facebook de La Bala

Ses autres chansons :

->Soy yo : https://www.youtube.com/watch?v=a5l7wqY_9Bs

->Infinitos : https://www.youtube.com/watch?v=yfMqtqSQRz0

Le titre « mi momento » est disponible au téléchargement sur Amazon Music (lien d’affiliation) :

Road-movie « 4 latas » avec Jean Reno

Jean Reno a des origines espagnoles, son vrai nom est Juan Moreno y Herrera-Jiménez. Il naît à Casablanca au Maroc de parents espagnols ayant fui le régime franquiste.

Il est l’un des acteurs du film « 4 latas », un road-movie espagnol, réalisé par Gerardo Olivares. « 4 latas », c’est le nom espagnol pour désigner la voiture française qui va permettre le voyage. Vous aurez reconnu… la « 4L » ou également appelée la Renault 4.

Le film est sorti en salles le 1er mars 2019. Je n’ai pas encore pu voir le film, mais la bande-annonce donne grandement envie. Elle respire la joie de vivre et les mésaventures du voyage, avec des péripéties dans des paysages somptueux :

Vocabulaire de la bande-annonce :

Cambiado : changé

4 Latas : 4L

Despertarse : se réveiller

Robar : voler

Movidas : histoires, affaires

Une interview très intéressante de Jean Reno et du réalisateur Gerardo Olivares :

Critique ciné du film « 4 latas » : https://www.fotogramas.es/peliculas-criticas/a26548097/4-latas-critica-pelicula/

Une autre excellente critique du film : http://filmand.es/jean-reno-protagonizara-4-latas-la-nueva-pelicula-gerardo-olivares/

Dans cette dernière, on apprend que le budget du film s’élève à plus de 3 millions d’euros. N’ont-ils pas été trop gourmands ? A priori, le film est resté seulement 2 semaines dans les cinémas espagnols et à récolter environ 250 000€.

Si vous êtes curieux de voir ce que donnent « Les visiteurs » en espagnol (lien d’affiliation Amazon) :

Le théâtre et les émotions

Blanca Portillo est une actrice et comédienne de théâtre espagnole, née en 1963.

« Aprendemos Juntos » est une chaîne Youtube de vidéos d’inspiration (du même genre que les conférences TED) sur le thème de l’éducation. Les conférences sont sponsorisées par la banque espagnole BBVA. Dans cette vidéo, Blanca raconte son expérience et ce que permet d’apprendre l’enseignement du théâtre aux élèves :

Vocabulaire de la vidéo :

Equivocarse : se tromper

Remoto : éloigné, lointain

Contar : raconter

Escapar : échapper, fuir

Trasladarse : se déplacer

Ensayo : répétition

Emocionar : émouvoir

Colmo : comble, maximum

Herramientas : outils

Matizar : nuancer

Miedo : peur

La equivocación : l’erreur

Compañeros : camarades

Dedicación : dévouement, investissement

Enseñanza : enseignement

Atreverse : oser

No decir ni mu : ne pas dire mot

Cette vidéo est un extrait d’une discussion plus longue également disponible sur la même chaîne Youtube « Aprendemos Juntos ». Elle répond aux questions du public et parle notamment de théâtre, de prise de parole en public et du travail d’acteur :

Le dernier projet théâtral auquel a participé Blanca Portillo est « El cartógrafo » et elle participera en 2019 à Mrs Dalloway. Voici un extrait de 3 minutes de la pièce de théâtre « El cartógrafo » du dramaturge espagnol Juan Mayorga.

Quant à sa filmographie, elle a déjà participé à plusieurs films de Pedro Almodóvar, comme « Volver » (2006) :

Si vous recherchez le DVD de ce film (lien d’affiliation Amazon) :

Cela manque un peu de rythme, mais elle a également fait un sketch pour l’émission « El club de la comedia » en 2003 :

Pour en connaître plus sur Blanca Portillo, n’hésitez pas à regarder les émissions auxquelles elle a participé comme « Late motiv » sur Movistar+ :